La ventilation de votre salle de culture

Utilisez des ventilateurs oscillants

Votre salle de culture aura besoin de deux systèmes de ventilateurs. Le premier est un ventilateur oscillant. Ces ventilateurs sont efficaces, ne coûtent pas trop cher et ont beaucoup d’avantages. Ils peuvent souffler en dessous, au-dessus, et partout autour de vous plantes de cannabis. Cela améliorera la circulation d’air et maintiendra une température fraîche.

L’un des meilleurs avantages de ces ventilateurs est que vous pouvez les déplacer et les configurer facilement, ce qui vous permet d’expérimenter avec des configurations différentes pour trouver le meilleur placement. Vous voulez que vos ventilateurs oscillants touchent à toute la salle de culture, alors c’est possible que vous vouliez plusieurs ventilateurs. Mais attention, il faut que les ventilateurs ne soient pas directement en face des plantes de cannabis. S’ils sont directement en face, les plantes peuvent subir des brûlures dues au vent ou elles peuvent être endommagées.

Avec des ventilateurs oscillants, vous pouvez surveiller l’humidité et la température de la salle. Vous aurez aussi besoin d’un système de ventilateur qui extrait de l’air pour être sûr que l’air est frais. Voici ce que vous devez savoir sur les systèmes de ventilateurs qui extraient de l’air.

Système de ventilateur qui extrait de l’air

Ce système enlève le vieil air dans la salle et fait entrer de l’air frais. Cela aidera vos plantes à pousser et fleurir. Vous voulez que le système de ventilateur remplace l’air dans la salle chaque minute, ou au moins à intervalles de quelques minutes. Vous aurez aussi besoin de la bonne taille de ventilateur. Une bonne ventilation sera l’une des meilleures choses vous pouvez faire pour vos plantes, et c’est une bonne idée de tout configurer avant de commencer pour éviter de devoir tout configurer pendant que les plantes poussent déjà. Si vous planifiez tout avant de commencer, tout sera beaucoup plus facile pour vous.

Comment calculer la puissance du ventilateur

Il faudra faire un peu de maths pour trouver la puissance du ventilateur dont vous aurez besoin. Ce n’est pas difficile à faire. Votre ventilateur sera classé selon un taux de pieds cubes par minute. Pour trouver les pieds cubes par minute, il faudra :

  • Trouver les dimensions de la tente de culture ou salle de culture
  • Trouver l’efficacité d’échappement

Pour calculer le volume de la salle de culture, multipliez la longueur par la largeur par la hauteur. Cela donnera la mesure de la salle en pieds cubes. Notez ce chiffre, puis multipliez-le par la baisse d’efficacité.

L’efficacité change selon la marque du filtre, l’âge du filtre et la longueur du conduit entre le filtre et le ventilateur, et aussi d’autres facteurs. Au minimum, vous voulez multiplier le volume de la salle par 25%. Si vous avez un chemin long et sombre, vous pouvez le multiplier par trois et si le chemin est court, vous pouvez le multiplier par deux.

La formule marche comme cela :

Le volume de la salle multiplié par la basse d’efficacité donne le nombre de pieds cubes par minute.

Si vous avez une salle de 320 pieds cubes, par exemple, et qu’il y a un conduit court, alors vous allez le multiplier par 2. Cette formule serait 320 fois 2, c’est-à-dire 640. Cela vous donnera vos pieds cubes par minute, alors vous aurez besoin d’un ventilateur avec un taux plus élevé que ce chiffre.

L’Apport actif et l’apport passif

Vous pouvez apporter de l’air dans la salle par deux façons différentes : vous pouvez utiliser l’apport actif ou l’apport passif.

L’apport passif compte sur la pression négative et un flux d’air passif. Si vous utilisez ce système dans votre salle de culture, il y aura un ventilateur qui fait sortir l’air dans la salle, mais pas de ventilateur qui fait entrer de l’air dans la salle. Il y aura un trou d’apport qui laisse passer l’air dans la salle d’une manière passive. Cela marche grâce à la différence de pression entre l’air extérieur et l’air dans la salle.

Pour assurer que ce système marche, il faut d’abord assurer que le trou d’apport est au moins trois ou quatre fois plus grand que le trou d’échappement. Comme ça, le ventilateur ne surmènera pas et le système de ventilation aura assez d’aspiration. Vous pouvez aussi créer plusieurs trous d’apport passif.

Si vous utilisez un système d’apport actif, vous apporterez de l’air dans la salle avec un système de ventilateur. Vous aurez un ventilateur qui pousse l’air vers la salle de culture et un autre ventilateur qui enlève de l’air de la salle. La taille d’un trou d’apport n’est pas très importante si vous utilisez ce système. Si votre trou d’apport est de la même taille que le trou d’échappement, c’est un bon système.

Le contrôle de l’humidité

L’humidité peut grandement affecter les plantes. S’il y a trop d’humidité, des maladies peuvent apparaître dans votre salle, mais un manque d’humidité empêchera la croissance des plantes. Vous voulez toujours surveiller l’humidité.

L’humidité est souvent causée par la transpiration dans la salle de culture. La transpiration est un processus pendant lequel les feuilles de votre plante de cannabis émettent de l’eau dans l’atmosphère. Cela marche comme une paille, parce que l’aspiration qui est créée pendant le processus de transpiration tirera des nutriments à travers les racines de la plante tant que la plante produit de la vapeur d’eau.

Vos plantes ne pousseront plus si elles n’ont pas d’eau. Et quand elles n’ont pas d’eau, elles n’ont pas assez des nutriments non plus. Cependant, s’il y a trop d’humidité dans la salle de culture, des parasites et des maladies peuvent développer et empêcheront l’évaporation. S’il n’y a pas assez d’évaporation, il n’y aura pas de transpiration. Il faudra être capable d’augmenter et de baisser l’humidité dans la salle de culture facilement pour assurer que les plantes sont saines.

C’est facile de réduire l’humidité. Vous voudrez enlever de l’air humide de la salle avec un système d’échappement. Si l’air du système d’apport est moins humide que l’air dans la salle de culture, vous pouvez utiliser un déshumidificateur. Pendant le processus de croissance, vous voudrez parfois augmenter l’humidité. Vous pouvez sceller la salle de culture et couper temporairement le système d’échappement, ce qui causera une augmentation rapide de l’humidité dans la salle. Il faut faire quelques recherches sur les souches que vous plantez et le niveau d’humidité qu’elles préfèrent, et essayer de rester dans cette gamme. Les plus grandes plantes produiront plus de vapeur d’eau que les plus petites plantes, alors elles auront besoin de plus d’attention au niveau de l’humidité.

L’Injection du dioxyde de carbone

Les plantes ont besoin du dioxyde de carbone pour le processus de transformation. Vous pouvez faire cela en injectant du dioxyde de carbone dans la tente de culture. Voici ce que vous devez savoir sur le dioxyde de carbone.

Vous devez avoir une salle de culture scellée avant d’injecter du dioxyde de carbone. La première raison pour cela est que vous voulez de l’efficacité. Le dioxyde de carbone marche seulement quand le niveau est très élevé, alors votre salle de culture doit être scellée pour créer une concentration bien élevée et augmenter l’efficacité. Il faut aussi comprendre votre sécurité, parce que les hauts niveaux de dioxyde de carbone dont vos plantes ont besoin seront dangereux pour vous. Vous ne voulez pas que le dioxyde de carbone fuie dans votre maison parce que cela pourrait être risqué pour vous.

Avant d’ajouter plus de dioxyde de carbone, vous devez avoir des lumières de culture très puissantes pour que les plantes puissent profiter pleinement du dioxyde de carbone. Les lumières puissantes LED ou MH/HPS sont conseillées parce qu’elles produisent la lumière dont vous et vos plantes avez besoin. Nous ne recommandons pas les T5s ou les FLs, parce qu’elles ne produisent pas de bons résultats.

Lorsque tous les éléments du système sont optimisés, vous pouvez enfin ajouter du dioxyde de carbone. L’injection marchera mieux si tout l’environnement est optimisé. Si vous avez un budget faible ou si vous êtes déjà contents avec les récoltes que vous voyez, il n’y a donc pas besoin d’injecter le dioxyde de carbone. Si vous avez encore un peu d’argent et que vous voulez expérimenter avec vos récoltes, l’injection de dioxyde de carbone est peut-être une bonne idée. Un peu de recherche sur l’injection du dioxyde de carbone vous aidera beaucoup.

FAQ sur la ventilation de la salle de culture

Quel type de ventilateur dois-je utiliser ?

Il y a plusieurs choix de ventilateurs sur le marché. Vous aurez besoin d’un ventilateur de conduit plus puissant que les pieds cubes par minute que vous avez déjà calculés. Lorsque vous avez les spécifications du ventilateur, il faut simplement choisir le meilleur modèle. N’oubliez pas de lire les critiques du produit, parce que les ventilateurs varient dans leur gamme de prix. Il faudra peut-être acheter aussi un filtre pour votre ventilateur, puisque tous les ventilateurs n’en ont pas.

 Quelle taille de ventilateur dois-je utiliser pour mon ampoule ?

La taille de votre ampoule vous aidera à choisir votre ventilateur. Souvent, vous verrez des ventilateurs d’un diamètre de 4 à 8 pouces. Vous voudrez probablement un ventilateur avec un diamètre de 6 pouces à cause de l’ouverture dans la hotte de lumière. L’ouverture est souvent de 6 pouces, mais c’est une bonne idée de la mesurer pour vérifier.

De quelle taille doit être le ventilateur ?

Vous devez calculer les pieds cubes par minute de la salle avec la formule que nous avons utilisée. Ce chiffre vous aidera à choisir le meilleur ventilateur pour votre configuration individuelle.

De quelle taille doit être le ventilateur d’apport ?

La taille du ventilateur d’échappement dans votre système déterminera quelle taille de ventilateur d’apport vous voulez. Si vous employez un système d’apport passif, il n’y a pas besoin d’un ventilateur d’apport. Si vous utilisez plutôt un système d’apport actif, vous voulez un ventilateur qui est de la même taille que le ventilateur d’échappement.

Pouvez-vous expliquer la pression négative ?

Quand la pression dans la salle de culture est plus basse que la pression autour de la salle, c’est ce qui s’appelle la pression négative. Pour l’apport passif, cette idée est très importante. La pression négative dans la salle tirera l’air frais de dehors à travers le trou d’apport.

Imaginez une boîte en bois que vous poussez sous l’eau. Quand la boîte descend, l’eau qui entoure la boîte entrera dans la boîte parce que la pression dans la boîte est plus basse que la pression de l’eau en dehors de la boîte. Vous pouvez imaginer que l’eau qui entre dans la boîte est l’air frais et l’eau qui sort dans les boules est l’air sale. La pression négative fonctionne ainsi.

Et les conduits ?

Pour la plupart des systèmes de culture, les conduits en aluminium qui sont flexibles sont bien. C’est très facile à installer et pas trop cher. Vous pouvez aussi utiliser les conduits en aluminium isolés, ou peut-être vous préférerez les conduits très résistants, tout cela est selon vos goûts personnels. Si vous avez un plus petit conduit, il y aura plus de résistance au mouvement de l’air. La longueur du conduit et les virages du conduit créent plus de résistance au mouvement de l’air. Le flux d’air se réduit quand l’air doit aller plus loin.

Comment puis-je améliorer les conduits ?

Si vous utilisez des conduits en aluminium flexible, il faut lisser les rides. Si vous lissez les rides, la performance des conduits et le flux d’air seront améliorés. Vous pouvez aussi essayer de rediriger les conduites pour réduire le nombre de virages. Si c’est possible, essayez de raccourcir la longueur de votre système de conduits.

Résumé

C’est parfois compliqué d’établir un bon système de ventilation dans votre salle de culture. Mais si vous voulez faire pousser du cannabis à l’intérieur, il faut bien comprendre la ventilation et comment cela marche. Les systèmes de ventilation dans les salles de culture ont beaucoup d’avantages, alors essayez de bien comprendre les bases et de choisir le bon système pour votre entreprise.